Je cotise

Actus

Fantastiques ENSIC - La nouvelle série

Paul Chatenay, promo 2007

Le pilote

J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Paul Chatenay, promo 2007. Ce toulousain à l’accent chantant est revenu sur ses années ENSIC et son parcours professionnel international aux multiples facettes.

C’est à l’issue d’un stage aux pays de Galles lors de son DUT que Paul se rend à l'évidence, les voyages forment la jeunesse et il ne compte pas s'arrêter en si bon chemin.

La FITI, et plus particulièrement la filière binationale avec son double diplôme franco-allemand lui tape dans l’oeil et c’est ainsi que Paul quitte son sud-ouest natal et arrive à l’ENSIC.

Opter pour une filière franco-allemande quand on ne parle peu ou pas allemand? C’est un défi que Paul semble prêt à relever mais où les débuts sont assurément difficiles voire cocasses. Il me confie avoir appris par coeur son texte en allemand pour son entretien d’admission à la filière binationale pendant les 14h de train qui le menait à Nancy. Entretien qu’il a, pour sauver les apparences, terminé en anglais ;)

De ces 3 ans entre Nancy, Mannheim et Schwedt, Paul revient avec nostalgie sur ce premier mois d'intégration en Allemagne où l’immersion totale prend tout son sens.

L'Allemagne

Un mois d'intégration sur le campus allemand avec d’autre étudiants du  programme Erasmus qui vont comme lui etudier à Mannheim cette année-la. Au programme, cours intensifs d’allemand le matin et activités de découverte l'après-midi dans une ambiance multiculturelle.

Les stages s'enchaînent, d’abord sur l’imposant site de BASF Ludwigshafen (plus de 35000 personnes y travaillent) où il sera sensibilisé à la gestion d’entreprise et les différents outils qu’on y utilise, puis un stage de fin d'études chez PCK Refinery à Schwedt, près de la frontière polonaise.

Ce stage en Allemagne de l’Est, d’apparence froide et grise, se révèlera être une formidable expérience riche de sens et d’apprentissages. Fabuleux stage trouvé par le biais de l’association ENSIC Alumni, et plus particulièrement Michel Wohlgemuth que Paul remercie encore chaleureusement.

Les Emirats Arabes Unis

L’appel de nouvelles aventures se fait entendre lorsque Technip Abu Dhabi expose ses activités et besoins en recrutement à l’ENSIC.

Diplôme en poche, Paul s’envole alors vers la capitale des Emirats Arabes Unis, un peu moins connue que sa voisine Dubaï mais tout aussi agréable à vivre, vous pouvez me croire (NDLR: j’y vis depuis 13 ans).

Il y exercera le métier d'ingénieur procédés pendant 4 ans. 4 ans au cours desquels les PID, datasheet, spécification et revues HAZOP dans l’énergie pétrolière n’auront plus de secret pour lui mais aussi au bout desquels il éprouve le besoin d'élargir sa vision de l'ingénierie. C’est dans ce contexte que s’effectue son transfert au département des propositions/appels d’offre.

En tant qu'ingénieur d’affaires, il y apprécie d’avoir une vision plus globale et générale du cahier des charges d’un projet, de comprendre comment les disciplines s’articulent entre elles pour former l’aspect technique mais aussi d’être sensibilisé à l’architecture contractuelle et financière. Mais c’est aussi et surtout là que Paul rencontre Maxime, qu’il considère comme son mentor. A son contact, Paul apprendra beaucoup, principalement des enseignements et méthodes, de ces choses qui restent et dont on se sert très souvent. 

C’est une période de sa carrière que Paul apprécie tout particulièrement.

Le Karting

Depuis son arrivée aux Emirats Arabes Unis, Paul a repris une passion qu’il avait quelque peu négligée pendant ses études: le karting.

Il l’a beaucoup pratiqué pendant son adolescence et participe même aux championnats de France lorsqu’il a 18 ans.

Il renoue avec la compétition de loisir et parvient à se sélectionner pour les phases finales des championnats du monde de karting loisir parmi plus de 18000 participants!

Paul y représentera les Emirats Arabes Unis pendant 6 ans, finissant toujours dans le top 10 et même 2nd en 2013. Bravo!

Son titre de vice champion du monde lui offre l'opportunité de prendre sous son aile et d'entraîner un petit prodige émirati. Le jeune garçon a devant lui un avenir très prometteur dans le monde du karting et cela permet à Paul de transmettre sa passion.

Plus son protégé remporte de prix, plus cette activité prend une place importante dans la vie de Paul. Tant et si bien qu’il finit par se poser la question de vivre de sa passion exclusivement. Mais la vie sur les routes, dans les avions, les compétitions le week end et jours fériés auront raison de Paul qui préfère opter pour la stabilité dans sa carrière et un meilleur équilibre vie familiale-vie professionnelle. Il reste néanmoins en contact régulier et est très fier de son poulain (qui a d’ailleurs depuis remporté le championnat du monde à 2 reprises!).

Paul travaille alors pour LA compagnie pétrolière nationale, ADNOC.Il est “de l’autre coté de la barrière” par rapport à son précédent poste de chargé d’affaires. C’est maintenant lui qui évalue (et attribue) les offres qu’il établissait auparavant. Ce nouveau poste de conseiller à une dimension plus stratégique, Paul y recommande quel consultant propose l’offre la plus apte à répondre aux contraintes des projets que son entreprise souhaite développer. 

Le Koweit

Si vous avez bien suivi, Paul est aux Emirats depuis maintenant 9 ans, l’envie d’ailleurs se fait sentir de nouveau…. Et ce prochain chapitre de vie s'inscrira au Koweït où il se trouve toujours.

Professionnellement c’est une suite logique pour Paul, après avoir rédigé les offres, les avoir évaluées puis attribuées, le voilà qui doit maintenant les mettre en oeuvre et s’assurer de leur bonne réalisation. Et comme on ne change pas une équipe qui gagne, c’est pour Technip Koweït que Paul effectue ces tâches en tant qu'ingénieur Projet.

Venant d’un autre pays du Moyen-Orient, l’adaptation à la vie koweïtie lui a sans doute été facilitée bien que Paul trouve le Koweït plus traditionnel (et un peu moins fun il faut le dire) que les Emirats Arabes Unis.

 

Le temps imparti à notre discussion arrivant malheureusement à sa fin, Paul souhaiterait conclure en conseillant aux futurs diplômés de ne surtout pas négliger l’apprentissage de l’anglais et autres langues vivantes, de profiter des opportunités d'ouverture à l’international qui leur sont proposées à l’ENSIC et de ne pas hésiter à voyager!

Le contacter

Si son parcours vous interroge, vous pouvez le contacter directement par message LinkedIn (Paul Chatenay) ou bien par email.

L’association souhaite à Paul une très belle continuation, de palpitantes aventures où la vie le mènera et le remercie du temps qu’il a pu m’accorder.

 

A bientôt pour un nouvel épisode de Fantastiques ENSIC!

Fantastiques ENSIC logo